Coronavirus et bébé : quels symptômes, risques pour les enfants ?

Les bébés et jeunes enfants sont peu touchés par l’épidémie de coronavirus. Aucune forme sévère n’a été diagnostiquée en France. Néanmoins, ils peuvent être porteurs du virus et vecteurs de la maladie. Quels sont les symptômes chez eux ? Que faire en cas de doute ? Quels sont les risques ? Quand appeler le médecin ?

Une publication récente dans la revue Pediatrics fait état de 2 143 cas en Chine dont 125 cas graves mais seulement 18 critiques et 1 seul décès, rapporte la pédiatre. Dans le monde, seulement 2% des personnes contaminées par le coronavirus sont des enfants ou des adolescents.

Quels symptômes chez les bébés ?

Fièvre, toux, courbatures, fatigue, vertiges, maux de tête, diarrhée parfois… L’infection par le coronavirus peut également entraîner un syndrome viral respiratoire haut ou bas assez similaire à une infection grippale bénigne

  • Dans 80 % des cas, la maladie (Covid-19) se manifeste par un syndrome grippal banal, 
  • La majorité des enfants infectés par le nouveau coronavirus sont peu symptomatiques et peu contagieux, ils consulteront en cabinet médical pour des infections respiratoires peu sévères.
  • Certains enfants peuvent être porteurs sans développer aucun symptôme et donc potentiellement contagieux, soit avant l’apparition des signes cliniques, soit en phase de guérison. Ils sont alors vecteurs de la maladie et peuvent contaminer leur entourage. D’où la recommandation du gouvernement d’éviter qu’ils ne soient en contact avec des personnes fragiles (système immunitaire affaibli) et âgées pour ne pas les contaminer.

Quels risques ont les bébés d’attraper le coronavirus ? 

Les études actuelles confirment le caractère beaucoup moins grave de l’infection chez l’enfant. Toutefois ils ne sont pas épargnés par le Covid-19 même s’ils font en général des formes modérées (syndrome grippal, atteinte des voies respiratoires supérieures et/ou inférieures sans cyanose), détaille la pédiatre. Il semblerait que le coronavirus se réplique moins chez les enfants, pour des raisons que l’on ignore encore. Néanmoins, les nourrissons de moins de 1 an, globalement peu atteints, sont plus à risque de formes sévères. Les enfants, comme les adultes se doivent d’observer toutes les mesures de prudence et d’hygiène recommandées.

Existe t-il un risque de transmission du virus par le lait maternel ?

La transmission du coronavirus par le lait maternel n’est pas prouvée. Le risque de transmission lors de l’allaitement réside dans le contact rapproché et prolongé entre la mère et son enfant. Toutes les mères se trouvant dans des régions à risque et ayant des symptômes (toux, fièvre, difficultés à respirer) doivent consulter un médecin et en suivre les préconisations. Et compte tenu des bénéfices de l’allaitement et du rôle très faible du lait humain dans la transmission des virus respiratoiresune mère infectée peut continuer à allaiter. Cependant, des précautions doivent être prises pour éviter toute contamination de la mère à l’enfant par contact direct : il est nécessaire de porter un masque médical sur le visage quand on allaite, de se laver les mains avant et après la tétée et de nettoyer et désinfecter les surfaces contaminées. 

Eviter d’emmener les bébés dans une collectivité de gens fragiles.

Comment protéger les bébés ?

L’enfant pouvant attraper la maladie sans la développer, il est important de ne pas emmener les bébés dans une collectivité de gens fragiles, comme les maisons de retraites, et de leur apprendre dès le plus jeune âge à bien se laver les mains fréquemment. Par ailleurs, la vigilance sur le coronavirus peut faire passer à côté d’autres problèmes de santé. Nous rappelons qu’il est nécessaire de vacciner les nourrissons le plus tôt possible pour ne pas les exposer à d’autres pathologies. Le gouvernement a appelé à poursuivre la vaccination des nourrissons (selon le calendrier vaccinal) afin d’éviter la surmortalité avec les autres infections (à pneumocoques par exemple). La vaccination permet de les protéger des formes graves de ces maladies dans le contexte de l’épidémie de coronavirus.

La Société française de néonatalogie recommande : 

  • Bien se laver les mains avant de s’occuper du nouveau-né mais aussi après.
  • Ne mettez pas à la bouche la tétine de votre enfant.
  • Le port de masque est indiqué en présence de symptômes respiratoires.
  • L’allaitement est possible.
Geste 1 : se laver les mains régulièrement;Geste 2 : se couvrir le nez et la bouche quand on tousse ou éternue;Geste 3 : se saluer sans se serrer la main, éviter les embrassades;Geste 4 : se moucher dans un mouchoir à usage unique, le jeter et se laver les mains;Geste 5 : Porter un masque uniquement si vous présentez des symptômes respiratoires. N’hésitez pas à prendre contact rapidement avec l’équipe médicale.

Quels sont les risques pour mon nouveau-né à la maternité ?

Les nouveau-nés à la maternité et sortant de la maternité ne présentent pas de risque plus importants qu’avec les autres viroses saisonnières, On sait également que les mamans infectées par le virus n’ont pas donné naissance à des bébés malades en France. Par ailleurs, une petite étude de cas menée sur 9 femmes enceintes atteintes du coronavirus en Chine en janvier 2020 et publiée dans The Lancet a montré qu’il n’y avait pas de transmission du virus à leurs bébés. A la naissance,  des échantillons de liquide amniotique, de sang de cordon, d’écouvillon de gorge néonatal et de lait maternel pour 6 patientes ont été testés pour le SRAS-CoV-2, et tous les échantillons ont été négatifs.

Quels sont les risques pour les enfants à la santé fragile ?

Nous n’avons pas assez de recul aujourd’hui concernant les risques encourus par les enfants plus fragiles, les asthmatiques, les immuno-déprimés… Toutefois, la vigilance s’impose chez les enfants qui présentent des facteurs de comorbidité. Ces facteurs les rendent fragiles en cas d’exposition au virus :

  • la mucoviscidose, l’asthme de stade 4 et 5, une malformation pulmonaire restrictive
  • une cardiopathie congénitale sévère.
  • Les enfants en traitement de chimiothérapie ou sous traitement immunosuppresseur et souffrant de néphropathie sont également des cas plus à risque. 
  • L’AFPA souligne qu’un environnement familial et social défavorable, ou la présence à domicile d’une personne fragile sont également des facteurs de comorbidité qui pourront être appréciés par le médecin lors de son diagnostic.

Mais il n’y a pas d’inquiétude particulière à avoir concernant ces enfants. Ils doivent bénéficier de la même attention que lors d’une épidémie de grippe. Le plus important est de respecter les « mesures barrières » : toujours bien se laver les mains, éviter les lieux fréquentés et les personnes malades qui toussent.

Que faire en cas de doute ou de symptômes ?

Votre bébé présente des symptômes tels que fièvre, toux, fatigue, maux de tête ? Il peut s’agir d’une infection virale comme la grippe mais si votre bébé a été en contact avec des personnes porteuses du coronavirus, on ne peut pas exclure que ses symptômes y soient liés. En cas de signes d’infection respiratoire (fièvre, toux, difficultés respiratoires aiguë), ou des signes cliniques de pneumonie aiguë (grave ou non) sur un terrain fragile présentant au moins une comorbidité,les autorités sanitaires françaises demandent de :

  • Contacter par téléphone un médecin (pédiatre si possible) en faisant état des symptômes perçus.
  • Eviter les contacts avec l’entourage et porter un masque.
  • Ne pas se rendre chez le médecin traitant ou aux urgences sans contact téléphonique préalable, pour éviter toute potentielle contamination.

Le médecin va analyser la situation et mettre en place les premières mesures de prise en charge. La télé-consultation avec des médecins généralistes et pédiatres est possible depuis les plateformes de prise de rendez-vous en ligne.

Mon enfant rentre d’une zone à risque, peut-il aller à la crèche ?

Actuellement, les crèches sont fermées par décision ministérielle, et les frontières aussi, en raison de la pandémie de coronavirus qui sévit sur tout le territoire national et dans plus de 150 pays. Lors de la réouverture, si votre enfant rentre d’une zone à risque mais ne présente pas de symptômes (fièvre ou sensation de fièvre, toux, difficultés respiratoires), il peut aller à la crèche, à l’école, ou tout autre accueil collectif. Sa température doit toutefois être surveillée 2 fois par jour, indique le ministère des Solidarités et de la Santé. 

Quelles dispositions sont prévues si je dois garder mon enfant à la maison ?

Dans le cadre des fermetures de tous les établissements scolaires du territoire à partir du lundi 16 mars, le ministère des Solidarités et de la Santé et l’Assurance maladie simplifient la procédure d’arrêt de travail pour les parents contraints de rester chez eux pour garder leur enfant. Concrètement : le parent d’un enfant âgé de moins de 16 ans peut bénéficier d’un arrêt maladie indemnisé s’il ne peut pas bénéficier d’un aménagement de ses conditions de travail lui permettant de rester chez lui pour garder son enfant.

  • Ecoles et coronavirus : le confinement prolongé jusqu’au 15 avril Edouard Philippe a annoncé que le confinement serait prolongé au moins jusqu’au 15 avril, tandis que les élèves ne devraient pas reprendre le chemin de l’école avant le 4 mai. Enfin, le baccalauréat pourrait connaître quelques « aménagements ». Les dernières infos à destination des écoliers et des parents.

Maman.cettedoucegalère

3 réflexions sur « Coronavirus et bébé : quels symptômes, risques pour les enfants ? »

  1. Merci pour cet article très bien détaillé et très complet. L’un des seuls points positifs de cette pandémie est bien le faible taux de létalité chez les plus jeunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Revenir en haut de page